RED STAR OLYMPIQUE MARSEILLE VU PAR LA PRESSE
 
RED STAR 93

L'hebdomadaire But consacrait une double page au Red Star avant la rencontre. Un interview de Jean-Claude Bras effectué par Messaoud Benterki.

Jean-Claude Bras

BRAS : "LE STATUT DE FAVORI SE MERITE"

But : Le Red Star est maintenant habitué à jouer les premiers rôles. Est-ce que cela se gère différemment ?
Jean-Claude Bras :
Non, car c'est le fruit d'une volonté. à savoir que nous ne sommes pas là pour jouer les seconds rôles, mais pour avoir de l'ambition. Comme je l'ai déjà expliqué, ces ambitions viennent après les moyens. Et comme le football n'est pas une science exacte. Il n'y a pas une adéquation certaine entre les moyens et les résultats. Sinon, Lagardère aurait réussi. Nous, nous avons travaillé avec la formation d'un côté et un peu plus de moyens de l'autre. Ce n'est pas l'aboutissement, mais la continuité de ce que l'on veut faire.
But : Parlons de vos objectifs, quels sont-ils ?
J.C. Bras :
Cette saison nous Jouons la montée. La différence avec l'année dernière, c'est qu'aujourd'hui on l'affiche ouvertement, alors qu'on ne le faisait jamais. Sachant bien que si nous ne montons pas, ce ne sera pas une catastrophe. Il n'y a pas d'obligation financière, ni sportive. Je pense notamment à Pierre (ndlr Repellini) et au groupe de joueurs. Mais cette année, si le président que je suis n'affiche pas les ambitions, ce ne serait pas correct. Comme j'ai confiance en ce groupe, je me dois d'être au niveau des ambitions des mômes, qui eux veulent monter. Mais je le répète, si nous ne montons pas, ce n'est pas un drame.
But :C'est nouveau de se déclarer (il coupe)
J.C.Bras.
C'est nouveau oui, mais c'est la conséquence de ce que je viens de vous dire. Si aujourd'hui je disais que nous avons un groupe qui ne peut pas monter, je serais un gros menteur. Il y a quand même des indication objectives, depuis quelques années déjà. Nous savons que nous faisons partie de la fourchette haute du championnat. Mais ce n'est pas venu cela du jour au lendemain. En plus, c'est ma 18ème saison en tant qu'entraîneur ndlr coquille, il faut lire président, donc je ne suis pas un homme pressé.
But : Alors
J.C.Bras. :
Alors, c'est là, ça arrive. C'est la septième saison professionnelle du club. L'objectif est de monter. Il faut l'affirmer. Mais ce n'est pas une question de vie ou de mort comme on dit. Si nous ne montons pas, nous n'en ferons pas une maladie. Ce serait tout de même une déception. Nous essaierons de monter l'année prochaine si ce n'est pas le cas cette année.
But : Et votre coup de gueule contre vos joueurs ? Vous parlez d'un embourgeoisement
J.C. Bras :
(Rires, puis d'un ton amusé). oui, c'est ce qu'on appelle la dynamique de groupe. L'esprit de famille du Red Star est réel, mais il fait qu'inconsciemment En fait, dire quand on perd un match "c'est pas grave", ça sécurise. Entre la pression extraordinaire permanente qui existe à Marseille, et notre façon de voir, je vois que d'un côté, c'est très "hard" (ce n'est pas une critique, car les polémiques ne m'intéressent pas du tout), mais cela engendre une faiblesse, une pollution. Un plus a toujours son contraire. Chez nous, les individualités, de temps en temps, se disent, c'est pas grave etc A ce niveau, il faut parfois une petite intervention pour dire : "Attention, vous faites quelque chose de formidable, mais n'oubliez pas que pour être au plus haut niveau. Il faut faire des efforts exceptionnels".
But : Ce n'était pas un manque de simplicité de la part de votre groupe ?
J.C.Bras :
Non, non, pas du tout. J'ai voulu leur dire de ne pas se relâcher, d'être au maximum de ce qu'ils peuvent faire, même si ce ne sont pas des gladiateurs. D'ailleurs, tant que je serai président du Red Star, il n'y en aura pas. Malgré tout, il faut qu'ils méritent leur statut de favori.
But : a voir
J.C. Bras :
Je vous ferai remarquer qu'après Marseille, qui reste un phénomène sociologique extraordinaire en football, c'est nous qui possédons les plus grosses affluences. Cela veut dire que les autres considèrent le Red Star comme favori. Il faut que les joueurs assument ce statut, mais aussi que cela leur donne des ambitions.
But : Est-ce que le club ne s'endort pas un peu en se disant toujours "c'est pas grave" ?
J.C. Bras :
Non, si vous parlez du club je vous arrête.
But : Mais au niveau de l'équipe première, en disant que si le club ne monte pas, vous n'en ferez pas un fromage
J.C. Bras :
L'équipe première est un moyen du club, pas la finalité. Et elle ne s'est pas endormie, pas du tout. Simplement, le championnat est très dur, extraordinaire même. Vous vous rendez compte, huit équipes peuvent prétendre à la montée. Même Marseille est encore en course, très largement. En plus, Gili est un excellent entraîneur. De mon point de vue, Marseille va faire des matchs retour tonitruants. Chez nous, il ne faut pas qu'un confort intellectuel s'installe. Il faut que les joueurs assument leurs ambitions.
But : c'est de cela dont il s'agit ?
J.C. Bras :
Tout à fait. Mais ce ne sont pas des ambitions que nous leur inventons. Ce sont eux qui nous ont montré qu'il fallait avoir des ambitions. Au début, cette saison pour moi, monter ou pas, ce n'est pas très grave. Mais je me suis dit que nous ne serions pas au niveau de l'ambition des joueurs, si nous n'affichions pas l'envie de monter. Donc, à partir de là, il ne faut pas qu'il y ait un relâchement.
But : Pour votre intervention vous étiez passé au-dessus de l'entraîneur
J.C. Bras :
C'était pour lui donner un coup de main
But : Ce n'est pas parce que lui aussi s'était installé
J.C. Bras :
(Il coupe). Pas du tout. Pierre est un type de valeur, qui a de l'avenir au Red Star. Je vous réponds déjà à la question que vous ne m'avez pas encore posée. "Est-ce qu'il est en danger ?" Non.
...
J.C. Bras :
On ne peut pas toujours expliquer tout ce qu'on fait. Si vous ne nous laissez pas un peu de mystère, vous nous mettrez en pâture à l'opinion publique (rires). En fait, j'ai voulu dire à Pierre : "secoue tes gars", mais ça ne veut surtout pas dire qu'il est remis en question. De temps en temps, il faut une intervention extérieure. Il ne faut pas laisser l'entraîneur seul, même, si je suis passé au-dessus. Il faut de la cohérence. Les coups spectaculaires, c'est bidon. Mais parfois, il faut dire "attention, on ne dort pas "
But : Quel tournure voulez-vous donner au club, à savoir continuer la politique de jeunes ou faire venir des joueurs d'une plus grande envergure ?
J.C. Bras :
Je vais vous dire, quand vous voyez tous les jeunes issus de la Seine-Saint-Denis, c'est un terreau extraordinaire. Les apports extérieurs ne doivent pas se faire sur la notoriété. C'est clair, le Red Star est un club formateur. Il faut qu'il y ait une montée en puissance de la part des jeunes, que cela pousse
But : Vous ne voulez pas faire venir quelqu'un
J.C. Bras :
(Il coupe) Si, mais en cas de montée en première division
But : Et un joker ?
J.C. Bras :
Oui, on va essayer, mais si on ne l'a pas, ce n'est pas grave. Il n'y a pas urgence, mais ce sera utile pour les campagnes d'hiver. Mais je pense qu'il faut effectivement renforcer le potentiel.

Le match vu par Romain           Page Précédente           Archives           Retour à la Page d'Accueil