L'ACTUALITE   ALLEZREDSTAR.COM

Une autre saison ?   

Mise à jour le 5 juillet 2019

LES ARRIVEES AU RED STAR POUR 2019-2020 La descente en National provoque une refonte importante du staff et du groupe de l’équipe une.
A ce jour l’arrivée d’un nouveau staff (Vincent Bordot et Jimmy Modeste) de 6 renforts : Medhi Chahiri (Dunkerque National), Yanis Hamache (réserve de Nice), Hamadou Karamoko (Lusitanos, National 2), Michel Diego (Vannes, National 2), Nicolas Verdier (Laval, National), Kévin Nzuzi Mata (Dunkerque National)
Un ancien international sénégalais est actuellement à l’essai, Issa Cissokho
Les départs : Oussama Abdeldjelil (Paris FC L 2), Clément Chântome (arrêt ?), Maxence Derrien (Chambly L 2), Nicolas Douchez (retraite), Omenuke Mfulu (Elche, L 2 Espagne), Xavier Tomas (Laval, National), Grégoire Lefebvre (en contact avec Nancy et Troyes), Amadou Diallo (Az L 1, Azerbaïdjan)

Grégoire Lefebvre après trois saisons au Red Star quitte, le maillot vert et blanc (c) Jacques Martin
Grégoire Lefebvre après trois saisons au Red Star quitte, le maillot vert et blanc (c) Jacques Martin

. .

Kévin Nzuzi Mata, sous le maillot de Dunkerque (c) Philippe Le Brech
Kévin Nzuzi Mata, sous le maillot de Dunkerque (c) Philippe Le Brech

LE NOUVEAU COACH, VINCENT BORDOT L’ex-coach de l’Entente SSG, Vincent Bordot sera le maître à bord du Red Star, version 2019-2020, en National, avec un but précis, le retour en L 2, dès la fin de la saison. Vincent Bordot a signé deux ans avec comme adjoint, Jimmy Modeste

Vincent Bordot (photo du Parisien)
Vincent Bordot (photo du Parisien)

A GENNEVILLIERS AVANT DE PARTIR EN STAGE AU TOUQUET Le Red Star a repris l’entraînement la semaine dernière avec un programme allégé du fait de la canicule.
Trois matchs sont déjà programmés avant la reprise du National, dont une rencontre le 26 juillet à Bauer.
5 juillet : Quevilly-Rouen – Red Star
18 juillet : Red Star – le Touquet
26 juillet Red Star - Chartres
Ci-dessous, quelques photos de Gilles Saillant, lors de la reprise.

. .

. .

NANCY RESTE EN L 2 Si le sort de Sochaux (jeudi) en principe et l’AC Ajaccio n’est pas encore fixé définitivement maintien ou relégation, l’espoir du Red Star d’être repêché n’existe plus puisque le Gazelec Ajaccio et ensuite Béziers sont prioritaires par rapport au club de Saint-Ouen
DANS LA PRESSE  
Dans Le Parisien
Vincent Bordot, 44 ans, a officiellement été nommé entraîneur du Red Star, après huit saisons à l’Entente SSG. Il s’exprime pour la première fois.
Sans surprise, Vincent Bordot est l’homme sur lequel le Red Star a choisi de miser dans son opération reconquête. Comme évoqué depuis début mai, le club relégué en Ligue 2 a officiellement recruté, pour les deux prochaines saisons, l’entraîneur de 44 ans. Ce dernier reste sur une relégation en National 2 avec l’Entente Sannois-Saint-Gratien, où il sera resté huit ans. C’est regonflé à bloc qu’il aborde ce nouveau challenge avec son fidèle adjoint Jimmy Modeste.
Pourquoi votre arrivée a-t-elle mis autant de temps à être officialisée ?
VINCENT BORDOT. Ça ne m’a pas empêché de travailler (rire) ! Il fallait simplement que tout soit concret, bien mis en place, que les choses soient carrées.
Vous allez entraîner un club professionnel pour la première fois. La pression sera beaucoup plus forte que celle que vous avez connue…
Mais la pression, je me la mets tout seul ! Et puis elle existe dans n’importe quel club, dès le début de chaque saison. À l’Entente où il était question de maintien en National, comme au Red Star avec la remontée en tête.
C’est l’objectif qu’on vous a fixé ?
Qu’on s’est fixé avec le club. Mais on ne décrochera pas la montée en claquant des doigts. On doit reconstruire un effectif, travailler du mieux possible. Je connais le métier et j’ai bien conscience que je serai jugé sur mes résultats.
N’est-ce pas un peu surprenant que le Red Star vous choisisse alors que vous sortez d’une saison marquée par une relégation ?
Peut-être pour les gens de l’extérieur. Moi, je mesure le travail que j’ai réalisé pendant huit ans à l’Entente. On savait, dès le départ, que le maintien en National serait très compliqué, après deux accessions. Les dirigeants du Red Star ne se sont d’ailleurs pas arrêtés sur cette saison. Et puis regardez Julien Stéphan, il est bien descendu avec la réserve de Rennes de N 2 en N 3 en 2018 avant d’entraîner l’équipe première en Ligue 1 et de remporter la Coupe de France l’année suivante. Ma connaissance du National et de la région parisienne (NDLR : où il vit depuis près de 20 ans) a sans doute joué. Je pense aussi être un meilleur entraîneur qu’il y a un an. J’ai beaucoup appris cette année lors de ma formation (au brevet d’entraîneur professionnel de football obtenu récemment) sur le management, et le milieu pro.
C’est une aubaine pour vous de rejoindre ce club ?
Une vraie opportunité dans ma progression. C’est une étape importante par rapport à mes ambitions en tant que coach.
Avez-vous les pleins pouvoirs en matière de recrutement ?
On s’en occupe avec Axel Lablatinière (responsable du recrutement, ex-Angers, L 1). On valide ensemble les choix sportifs, l’équipe qu’on veut mettre en place. Après, c’est évidemment le président (Patrice Haddad) qui donne son aval sur le plan financier. Tout est fait en parfaite harmonie. On part très certainement sur 7-8 arrivées. On a ce qu’il faut au niveau des gardiens de but, avec Sébastien Rénot et Paul Charruau.
Gilles Tournoux
BAUER DISTRICT … LE CHOIX … Le Grand Paris a fait son choix, le 24 juin, le projet retenu soulève quelques interrogations du côté de Saint-Ouen par la contenance du futur “Bauer” (11 000 places) et par l’ampleur de la partie commerciale.
Dans l’attente de plus d’informations … de la vente du terrain … et du financement
Le stade proposé est de 11 000 places entouré d’un centre commercial (de 15 000 m2), de bureaux (16 000 m2), d’un centre de santé (4000 m2), et d’espaces de loisirs (3 000 m2) et de cultures artistiques (studios d’enregistrement et salle de concert).
Soit environ 40 000 m2 alors qu’au départ l’espace commercial était au maximum de 25 000 mètres carrés.
Cet équipement aura une emprise importante sur cette partie de la rue du Docteur Bauer. Si tout va bien, l’ensemble devrait être livré en 2023-2024
En attendant, la démolition du Bauer actuel, le Red Star évoluera cette saison dans son enceinte centenaire avant de nouveau de partir à la recherche d’un équipement pour deux ou trois saisons !

Le stade “Bauer District” présenté par le groupement “Réalités” qui avait  remporté le concours du futur stade du FC Nantes … avant que celui-ci ne tombe aux oubliettes.
Le stade “Bauer District” présenté par le groupement “Réalités” qui avait remporté le concours du futur stade du FC Nantes … avant que celui-ci ne tombe aux oubliettes.

LE COMMUNIQUE DE LA SOCIETE LAUREATE 
LE GROUPEMENT " REALITES", LAUREAT DU PROJET BAUER ...
Communiqué de la société :
Porté par le groupe de développement territorial REALITES et conçu par SCAU ARCHITECTURE, CLEMENT BLANCHET ARCHITECTURE et l’agence de design SAGUEZ & PARTNERS, le projet « Bauer District » est lauréat du site du stade Bauer à Saint-Ouen-sur-Seine, dans le cadre de la 2e édition de l’appel à projets « Inventons la Métropole du Grand Paris ». Imaginé pour le site emblématique du football populaire francilien, il sera le seul stade à relier sport et cultures urbaines, pour toutes et tous, à Saint-Ouen-sur-Seine.
Plus grande consultation d’Europe en aménagement, urbanisme et architecture, l’appel à projets « Inventons la Métropole du Grand Paris » a rendu son verdict, ce mercredi 19 juin 2019 au théâtre Mogador. Lauréat, le projet « Bauer District » est le fruit d’un dialogue constructif, durant plusieurs mois, avec les collectivités (Mairie de Saint-Ouen-sur-Seine, EPT Plaine Commune et Métropole du Grand Paris), le Red Star FC, ses supporters.
Voir également : Go !
DANS LA PRESSE  
Dans Le Parisien
Un stade de 11 000 places à l’anglaise, adossé à un centre commercial et un espace de santé hightech : le projet de reconstruction du stade Bauer, porté par le groupe Réalités, a été dévoilé mercredi soir à Paris.
Quarante ans que le stade Bauer attendait un projet digne de ce nom. Mercredi soir, dans un théâtre Mogador ouvert à tous les rêves, le concours de projets Inventons La Métropole du Grand Paris a rendu son verdict concernant l’enceinte historique de Saint-Ouen inauguré en 1909. C’est le groupement Réalités, qui avait oeuvré notamment pour le YelloPark, projet (avorté) de stade du FC Nantes, qui a raflé la mise.
Baptisé « Bauer District », ce projet comprend un stade de 11 000 places à l’anglaise, mêlant briques et fer, édifié en pleine terre et ouvert 7 jours sur 7 grâce à des expériences et des usages nouveaux. Il est notamment adossé à un programme mixte de 40 000 m2 s’articulant autour d’un centre commercial (de 15 000 m2), de bureaux (16 000 m2), d’un centre de santé (4000 m2), et d’espaces de loisirs (3 000 m2) et de cultures artistiques (studios d’enregistrement et salle de concert). « On a voulu un stade à l’anglaise, avec un premier rang de tribune à 6 mètres de la pelouse, qui soit ouvert sur la ville et sur les Audoniens, précise Luc Belot, directeur de l’innovation de Hub5, filiale du groupe Réalités. C’est aussi un vrai équipement pour le Red Star et pour le quartier et ce n’est pas opposé. On va savoir faire les deux en mettant tout le monde autour de la table. »
En croisant Cyrille Plomb, le maire adjoint chargé des sports de Saint-Ouen, M. Belot a tout de suite pris les devants. Car pour que ce projet ne reste pas un mirage, la ville de Saint-Ouen, propriétaire du stade Bauer, devra accepter de vendre l’enceinte au groupement. « Dites bien à M. Delannoy, le maire, que nous sommes à sa disposition dès demain matin (jeudi matin), a lancé Luc Belot. On est prêts pour que ce beau projet sorte de terre comme prévu en 2023. »
Un projet à 180 M€
Pensé par les cabinets d’architectes Scau (qui a redessiné l’Orange Vélodrome de Marseille) et Clément Blanchet, le futur Bauer a un coût de construction estimé à 180 M€. La Banque Palatine, Socfim, la Banque des Territoires, la Société Générale ou le CIC Ouest se portent garants du montage financier 100 % privé.
Pour devenir club résident, le Red Star, qui vient de redescendre en National (3e Division) mais vise la Ligue 1 à l’horizon 2024, envisage de prendre des parts au sein de la société qui exploitera le site. « C’est l’aboutissement de 10 ans de travail, et un grand espoir pour l’avenir, confie Patrice Haddad, le président du club audonien. Ce projet est initié par le maire de Saint-Ouen dans une vision partagée par le club. Mais la 2e étape consistera à veiller à ce que tous les engagements pris soient respectés. »
Les prochaines semaines seront en effet décisives. Mais après de longues années de débat sans fin, les supporteurs du Red Star entrevoient peut-être un véritable avenir pour leur stade fétiche.
Stéphane Corby

Et également
Red Star : les supporteurs entre espoir et scepticisme sur le projet Bauer
Le projet de reconstruction du stade Bauer, dévoilé mercredi soir, ne laisse pas insensible les fans du Red Star.
Depuis mercredi soir et l'annonce de la victoire du groupe Réalités pour la reconstruction du stade Bauer, c'est le principal sujet de conversation des suiveurs du Red Star. La rentrée des joueurs, prévue jeudi prochain sous la conduite de Vincent Bordot, attendra, le projet porté par le groupe immobilier nantais et baptisé « Bauer District » cristallise toute l'attention.
Depuis la publication des premiers visuels d'un stade de 11 000 places, à l'anglaise et conservant l'authenticité du lieu avec de la pierre et du fer, adossé à un vaste projet immobilier, les commentaires se multiplient. Sur les réseaux sociaux, d'abord, où Franck parle « d'un beau projet » rappelant qu'en matière de stade, « les Anglais ne sont pas les pires concepteurs ».
« Il y a un petit côté Leyton Orient (club londonien), avec son mix tribunes immobilier, constate Alexandre. Si ça reste en l'état, ce stade sera unique dans le monde, une fierté, non ? » Nicolas trouve, lui, originale « l'idée des terrasses de niveaux derrière les cages » pour masser une partie du public. « Sans doute pour les loges VIP », précise Gilles, tout autant agréablement surpris par l'esprit général.
« C'est une bonne nouvelle à prendre avec des pincettes, précise, de son côté, Ricardo. Le Red Star est un monument qui mérite un écrin et j'espère que celui-ci sera à la hauteur de la dimension populaire que le club véhicule. » « Le projet fait plutôt l'unanimité, même si on a l'impression que le stade est un prétexte pour créer un centre commercial et de l'immobilier, mais avait-on le choix ? s'interroge Jacques. Franchement, on voit mal comment le maire pourrait refuser de vendre désormais. »
« Bauer, c'est un éternel recommencement »
C'est d'ailleurs ce point, capital pour que le projet aboutisse, qui rend sceptique certains supporteurs. Mercredi, lors de la cérémonie de palmarès du concours Inventons la métropole du Grand Paris, l'absence de William Delannoy, maire de Saint-Ouen et propriétaire de l'enceinte, n'a pas été un bon signal. Fidèle de Bauer depuis 25 ans, Ricardo ose même un comparatif avec le Stade Français 92 des belles années. « En 1984, quand le club était leader de D2, Balkany parlait de bâtir à Levallois un stade à l'anglaise de 25 000 places, il est resté dans les cartons… »
Gilles Saillant est, lui, la mémoire vivante du Red Star. Historien du club centenaire, il a assisté à 1 199 matchs et se demande s'il aura la chance d'en voir au moins un dans le nouveau stade. « J'ai souvent été échaudé par le passé et, moi, ce sera wait and see, résume le résidant du quartier Bauer qui n'a pas été consulté pour le projet. Aujourd'hui, je m'interroge surtout sur l'importance du nouveau Bauer dans le projet global. Est-ce un stade bâti au milieu de commerces et de bureaux ou le contraire ? Et puis si ça se fait, où irons-nous encore jouer durant les travaux ? En fait, Bauer, c'est un éternel recommencement. »
Stéphane Corby
DEUX COUPES DU 93 POUR LE RED STAR
LA VICTOIRE DES 19 ANS EN COUPE DU 93
 Le reportage de Thierry Antoine sur le succès des jeunes (19 ans) du Red Star sur Villemomble en finale de la Coupe du 93 : 2-1
Les photos : Go !

ET EN SENIOR Sur Livry-Gargan : 3-1, le reportage de Thierry Antoine : Go !

LE GROUPE DE LA RESERVE DU RED STAR, EN REGIONAL 1 Meaux Académy, Chatou, La Garennes Colombes, Colombienne, Noisy-le-Sec, Vincennes, Rungis, Saint-Ouen-l’Aumône, Saint-Brice, Saint-Leu ou Saint-Denis, Cergy-Pontoise
1991, LE RED STAR AVAIT RECRUTE SAFET SUSIC .

PHOTOS DU PASSE Septembre 1937, face à Fives Lille, le Red Star l’emporte 3-2, en D 1

Page d'Accueil